Loomio

Mise à jour de la pétition pour soutenir la pétition de Générations futures contre la réintroduction des néonicotinoïdes

P
Pascale Public Seen by 230

Bonjour,

Au milieu de l'été, au plus fort des vacances...

"Le ministère de l’agriculture et de l’alimentation a annoncé le retour des néonicotinoïdes sur la betterave, pour lutter contre une maladie transmise par un puceron.

Les producteurs de betteraves ont eu gain de cause. Le ministère de l’agriculture et de l’alimentation a annoncé, jeudi 6 août, la mise en place d’un plan d’aide à la filière, confrontée à la jaunisse de la betterave, une maladie virale transmise par un puceron (Myzus persicae). Cette maladie peut entraîner des baisses de rendement pouvant atteindre 30 % à 50 % – selon les estimations des professionnels, reprises par le communiqué ministériel. Ces derniers disent être face à une « crise inédite ».

Outre la promesse d’indemnisations et le lancement d’un effort de recherche ad hoc, le gouvernement annonce pour l’automne une « modification législative » permettant « pour la campagne 2021 et le cas échéant les deux campagnes suivantes tout au plus » des dérogations permettant l’usage de semences enrobées de pesticides dits « néonicotinoïdes ». Au ministère de l’agriculture, on assure que ces dérogations ne concerneront que la betterave.

En France, la loi sur la biodiversité de 2016 a interdit ces insecticides dits « tueurs d’abeilles » à compter du 1er septembre 2018 ; l’Union européenne a également interdit les usages des principaux représentants de cette famille chimique. « Ces interdictions sont essentielles pour lutter contre le déclin massif des colonies d’abeilles et des pollinisateurs sauvages », expliquait alors le ministère de l’agriculture et de l’alimentation, dans un communiqué d’août 2018.

Le retour des « néonics » était l’une des principales revendications des betteraviers, d’autant que d’autres pays européens dérogent eux aussi à l’interdiction. « C’est une perte probable supérieure à 150 millions d’euros et qui pourrait même atteindre les 200 millions d’euros pour les planteurs, l’ampleur de l’épidémie étant croissante, assurait Franck Sander, président de la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB), le 31 juillet, dans une lettre ouverte au premier ministre. Certains agriculteurs perdront plus de 1 000 euros par hectare, un drame pour ces exploitants ! »

« Un recul inacceptable »

Tandis que les syndicats betteraviers saluent l’annonce du gouvernement, les organisations de protection de l’environnement fulminent. François Veillerette, directeur de l’association Générations futures, dénonce « un recul inacceptable qui montre que ce gouvernement plie aisément sous le poids des lobbys de l’agrochimie et de l’agriculture industrielle et a renoncé à être le leader de la lutte contre les insecticides tueurs d’abeilles en Europe ».

Au cabinet du ministre de l’agriculture et de l’alimentation, on assure qu’aucune alternative aux néonicotinoïdes n’est possible. Le discours est plus nuancé à l’Institut technique de la betterave, où l’on assure que l’un des produits alternatifs est trop toxique pour les insectes auxiliaires et que « deux autres possibilités existent, mais ce sont des substances qui ne persistent pas suffisamment ». Et nécessitent donc des passages réguliers sur les parcelles.

FAIT SURPRENANT : LA BETTERAVE CULTIVÉE SELON LE CAHIER DES CHARGES DE L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE SEMBLE, ELLE, PEU OU PAS TOUCHÉE PAR LA JAUNISSE

En outre, assure-t-on au ministère, les betteraves ne produisent pas de fleurs avant la récolte : l’impact sur les insectes pollinisateurs serait mineur. Cependant, un grand nombre de travaux conduits ces dernières années ont montré que l’impact des néonicotinoïdes utilisés en enrobage de semences pouvait être indirect. 

L’essentiel de ces produits – jusqu’à 98 % des doses appliquées sur les graines, selon des données industrielles – reste, en effet, dans les sols, où ils peuvent s’accumuler et contaminer, plusieurs années durant, les cultures ultérieures, ou encore les plantes sauvages poussant aux abords des parcelles.

« Trouver un équilibre durable »

Selon le ministère, il sera interdit de planter des cultures attractives pour les pollinisateurs, suivant celles de betteraves, afin de ne pas exposer abeilles et autres bourdons aux résidus. La durée de cette restriction n’est pas encore définie, selon le cabinet du ministre. « Au moment où nous nous sommes donnés comme priorité de retrouver notre souveraineté alimentaire, assure le ministre de l’agriculture et de l’alimentation, Julien Denormandie, dans un communiqué, il nous faut trouver un équilibre durable, c’est tout l’enjeu de la transition agroécologique. »

Fait surprenant : la betterave cultivée selon le cahier des charges de l’agriculture biologique (très minoritaire) semble, elle, peu ou pas touchée par la jaunisse. Dans les Hauts-de-France, Loïc Tridon, chargé d’études au sein de l’organisation régionale de l’agriculture bio (Bio en Hauts-de-France) assure que les parcelles de betterave bio de la région « ne sont presque pas concernées par ce problème ». « On ignore pourquoi, c’est peut-être lié à la taille des parcelles », explique-t-il au Monde.

Au cabinet du ministre, on est surpris de l’information, et on invoque l’effet possible d’un décalage des périodes de semis, entre les bio et les conventionnels. Même constat en Ile-de-France. Interrogé par Le Monde, Victor Charlot, conseiller technique au Groupement des agriculteurs bio d’Ile-de-France, estime que les dommages liés à la jaunisse de la betterave sont, dans les exploitations bio, « très limités » dans sa région."

Texte de Générations futures

________

Il faut également savoir que :

  • La betterave intensive est la 1ere production agricole française, qui fait de notre pays le 2e producteur au monde, mais le 1er dans le domaine des biocarburants...

  • Plusieurs syndicats agricoles (dont la Confédération paysanne) estiment que les dégâts ne seraient "pas si catastrophiques qu'affirmé"

  • En 2016, Madame Pompili (EELV à l'époque), qui avait porté la loi, déclarait : "Quoiqu'il arrive, en 2020, c'est fini pour tous les néonicotinoïdes, ces pesticides tueurs d'abeilles : on sait très bien que des dérogations, c'est la porte ouverte à ce qu'ils ne soient jamais interdits"...

  • Ce recul impliquerait de revenir sur la loi Biodiversité. Or, comme l'a souligné l'avocat de l'environnement Arnaud Gossement, la réécriture de la loi "Biodiversité" de 2016 contreviendrait de manière grave au principe fondamental du droit de l'environnement : le principe de non régression.

  • 80% de la biomasse des insectes ailés aurait déjà disparu en Europe !!!

L'indignation prend de l'ampleur. La pétition de Génération futures a déjà recueilli 92 599 signatures. J'ai, de notre côté, posté plusieurs alertes sur nos réseaux sociaux Twitter et FaceBook.

Je propose que notre collectif encourage à signer cette pétition par une mise à jour de notre pétition :

Le lien vers la pétition de Générations futures :

http://chng.it/nCTGNrknfL

Bonne rentrée à toutes et tous !

Pascale

P

Pascale started a poll Sun 16 Aug

Soutenir la pétition de Générations futures Closed Sun 23 Aug

37 - Pour
0 - Contre
1 - Sans avis
P

Pascale Sun 16 Aug

Pour
FL

Florentine Larzul Sun 16 Aug

Pour

FB

Fabre Béatrice Sun 16 Aug

Pour

B

Blanchetteux Sun 16 Aug

Pour

DO

dominique ottavi Sun 16 Aug

Pour
P

Pierre-Marie Sun 16 Aug

Pour

CO

Christiane OTT Sun 16 Aug

Pour

B

Brice Sun 16 Aug

Pour

F

Frédérique Sun 16 Aug

Pour

P

P2C Sun 16 Aug

Pour

Une évidence...

Encore une manœuvre de type « pied dans la porte » des fédérations agricoles pour retourner en arrière

C

CHALOT Sun 16 Aug

Pour

ayant signé et diffusé cette pétition...comment ne pas être POUR la soutenir ?

D

DANIELE Sun 16 Aug

Pour

absolument contre les pesticides tueurs d'abeilles

M

MarieBG Sun 16 Aug

Pour
GP

Guénon Pascale Sun 16 Aug

Pour

FL

FEIERAZEN Laurence Mon 17 Aug

Pour

B

Brillet Mon 17 Aug

Pour

D

dini Sun 16 Aug

Pour
VG

Valerie GUEROUT Sun 16 Aug

Pour
LB

L'étoile Bleue Sun 16 Aug

Pour
AG

Aurélien Gresset Sun 16 Aug

Pour
R

Rosenberger Sun 16 Aug

Pour

Je soutiens cette pétition

P

PRIGENT Sun 16 Aug

Pour
T

Tixier Mon 17 Aug

Pour

DP

Dominique Pierre Sun 16 Aug

Pour

Une seule parole soit disant, ce quoi qu'il arrive est du même acabit du quoi qu'il en coûte.

MD

Muriel Drut Sun 16 Aug

Pour
F

Fleury Tue 18 Aug

Pour

F

Françoise Sun 16 Aug

Pour

JP

Jean-Luc Pichou Sun 16 Aug

Pour

OK - Ne pourrait-on pas en lancer une également pour virer en même temps cette baudruche de Pompili ???

MM

Mathieu MASSOT Tue 18 Aug

Pour

A

AtondoHaff Tue 18 Aug

Pour

NS

Nelly Sanchez Tue 18 Aug

Pour

Il est urgent de faire avancer les choses !!!

PP

Paolo P. Sun 16 Aug

Pour
MC

Martine Chollet Sun 16 Aug

Pour
SS

Sebastien Simon Sun 16 Aug

Sans avis
L

Lola Sun 16 Aug

Pour
L

leaaco Sun 16 Aug

Pour
MPE

Marie Pascale Etchart Sun 23 Aug

Pour

Notre groupe doit soutenir cette pétition même si plusieurs d'entre nous avons déjà fait cette démarche individuellement