Loomio
Thu 15 Nov 2018

Au sujet de l'initiateur...

SB
Stéphane Brodu Public Seen by 230

Vous est-il déjà arrivé que plusieurs personnes revendiquent le fait d'être l'initiateur?
Je me suis fait demander un cercle restauratif par courriel par deux personnes, pour un même conflit.
Le conflit était commun mais chacun d'eux identifiait son "démarrage" à différents moments et avait une vision légèrement différente de l'acte à l'origine e son inconfort. Chacun refusant de prendre en compte celle de l'autre. D'un autre coté, il s'agissait du même conflit et il n'y avait pas la nécessité de créer deux CR distincts.

Avez-vous vécu une situation similaire ? Je suis curieux d'entendre vos réactions / expériences à ce sujet.

D

Dieudonné Thu 15 Nov 2018

Bonjour Stéphane,
En fait pour moi, ces questions tombent d'elles-même quand on prend les Cercles Restauratifs tels que Dominic nous a donné l'occasion d'y goûter comme juste une forme de réponse restaurative aux trois questions systémiques invitant une communauté à se créer son propre système restauratif. Pour mémoire, les trois questions : « Quand une tension ou un conflit survient dans notre communauté :
1. Qu'est-ce qu'on fait d'habitude qui marche ?
2. Qu'est-ce qu'on fait d'habitude qui ne marche pas ?
3. Comment on rêverait que ça se passe ? »

Après, dans le modèle des CR transmis par DB, le fait d'être initiateur n'offre guère de privilège : ça aide juste le(s) facilitateur(s) à se représenter la communauté en trois groupes à partir d'un acte retenu par cet initiateur. Mais lors des Avant-Cerles, l'initiateur voit bien qu'il peut y avoir autant d'actes retenus que de personnes. Et une fois dans le Cercle, les actes retenus sont autant de portes d'entrée du jardin du conflit. L'important est de rentrer par une des portes. Par convention lors de la construction du système des CR, c'est l'acte retenu par l'initiateur, mais de toute façon, une fois dans le Cercle, comme le premier objectif c'est la compréhension mutuelle, il s'agira bien de faciliter au mieux le dialogue dans l'instant présent, sans s'attarder à l'étiquette "initiateur officiel" du Cercle. Pour mémoire, donner la parole aux personnes les moins capables d'entendre les autres (souvent les plus en souffrance), permet d'arriver plus rapidement à compléter l'étape de compréhension mutuelle. Et une fois dans le Cercle ce ne sera pas toujours l'initiateur.

Voilà mon point de vue. Je suis curieux d'entendre celui des autres ; )

SB

Stéphane Brodu Fri 16 Nov 2018

Merci pour cette réponse.

- Effectivement, pour moi l'Acte tel que déposé par l'initiateur est un prétexte pour tendre la main à la communauté. Peu importe l'initiateur cela reste une porte d'entrée vers le cercle d'écoute mutuelle.
- Effectivement << donner la parole aux personnes les moins capables d'entendre les autres (souvent les plus en souffrance), permet d'arriver plus rapidement à compléter l'étape de compréhension mutuelle. Et une fois dans le Cercle ce ne sera pas toujours l'initiateur.>>
C'est exactement ce qui s'est passé et ce que j'ai encouragé (ou laisser aller)
C'était leur premier cercle restauratif. Pas eu le temps de faire de formation. Lors des pré-cercles j'ai fait face à des craintes et des croyances telles que : "initiateur = accusateur" ou "la meilleure des défenses c'est l'attaque" ainsi que "c'est à "l'accusé" de prouver son innocence". J'ai pu lever ces craintes en partageant la proposition de valeurs et fondements des SR. Mais une personne effectivement très en souffrance n'en démordait pas. :-)

D

Dieudonné Fri 16 Nov 2018

Merci Stéphane de ce retour d'expérience : )

Au sujet des valeurs et fondements des SR, à signaler, deux textes de présentation des récentes activités de Dominic Barter, dans le design de système dialogique, et une traduction en français :
* Traductions en cours

tout de bon :relieved: