Loomio
Tue 24 Jan 2017

Réflexion autour de l'achat de La Coroutine

SS
Simon Sarazin Public Seen by 434

Réflexions sur les solutions pour racheter la coco (Par Antoine)

Je n’ai pas suivi les précédents débats / avancés sur la question, je n'ai pas toutes les infos et je ne suis pas spécialiste... mais voilà quelques réflexions sur comment racheter la coco
Ne pas hésiter à changer, commenter, modifier, compléter ce qui est écrit...

Intérêt de la Coroutine à racheter le bâtiment ?

Positif : Plus de liberté ? Une manière de transformer des loyers en investissements sur le futur ?

Négatif : un gros effort, pour plus de risque, de contrainte et moins d’agilité/capacité d’adaptation à court et moyen terme… et un vrai bénéfice que dans longtemps ?

3 solutions classiques

*Emprunt classique *: ça semble mort (qui se porterait garant? investissement initial ?)

Emprunt classique + garantie Sogama . Apparemment la Sogama pourrait garantir 70 % d’un emprunt (si le dossier est suffisamment bon) (\url{http://www.sogama.fr/index.php?option=com\_content\&view=article\&id=46\&Itemid=77)} . De quoi faire basculer un dossier en notre faveur ? (mais investissement initial et garant pour le reste?)

*Le crédit-bail / leasing immobilier *: une sorte de location avec option d’achat à 1€ à la fin (ou plus cher au milieu ?). Certains établissements font ça aussi avec les assos (même si c’est moins intéressant fiscalement parlant)… Est-ce que cela serait possible / souhaitable pour la Coroutine ?

Valoriser l’extra-financier ?

(si les solutions classiques ne marchent pas)

J’ai l’impression que d’un point de vue purement financier, notre dossier n’est pas terrible. Mais que prendre un poil de risque (en restant dans un configuration de risque limité) c’est pas un effort énorme pour certaines boites, et que l’extra financier pourrait peut-être permettre de faire basculer le truc en notre faveur.

C’est possiblement l’accès à X journées de coworking ou de salle de réu.

Surtout, la trame de fond c’est que le coworking et la Coco sont *au croisement de 2 « tendances » *: la « mutation » du travail (et chemins de vie) ; et l’importance croissante de l’innovation (sous toutes ses formes ) et du numérique… On pourrait « vendre l’idée » « de pouvoir se positionner » au plus près de ces évolutions ; tout en soutenant des trucs cools (la Coco et les projets qui y prennent vie), défendant parfois les mêmes valeurs que certaines boites. (en plus le coworking fait un peu rêvé ceux qui sont coincés dans leurs bureaux classiques...)

Par exemple un deal test avec la Coroutine : ils permettent un cool leasing à la Coco, en échanges ils ont quelques demis journées gratos… et ils pourraient ensuite étendre le truc à d’autres espaces de coworking aux valeurs compatibles… les plaçant « au cœur » du développement du coworking « cool » (pas des loueurs de bureaux), sans que cela leur coûte de sous, et avec un risque limité, un gain d’image, des contacts, des idées… Et nous aurions accès à un financement tout en gardant toute notre indépendance.

Du fait de mon expérience j’ai en tête les mutuelles et trucs du style : mutation du travail et innovation les impactent, ils ont du pognon à placer (c’est un peu leur boulot), certains gèrent pas mal de patrimoine immobilier, et ils sont sensés faire partie de l’ESS avec les valeurs mutualistes et tout le bordel.
Top 3 targets à mes yeux : Humanis et AG2R (implantation dans le coin, grands et « riches ») et Chroum (la mutuelle des acteurs de l’ESS). Et il y a 1 ou 2 autres cibles potentielles dans le coin...
(je crois qu’Humanis développe (ou veut développer) un espace de coworking pour ses salariés dans ses bureaux, et réfléchis ensuite a l’ouvrir à l’extérieur)

*Sinon qui ? *
Potentiellement les régies immobilières (genre bailleur social) ?

Le crédit coopératif ? (ils ont une branche crédit-bail immobilier, mais normalement pour des opérations plus grosse je pense…) La Nef ?

Dans tout les cas faire attention qu’ils ne piquent pas simplement le "savoir-faire" (ex pour les régies immobilières), et que cela n’impacte pas l’indépendance…

A mes yeux il y a peut-être 20 % de chance que ça marche, pas énorme, mais suffisamment pour tenter… Cela vous semble-t-il pertinent ?

*Après comment tenter ? *
Je proposerais un petit texte (un début de tentative ici (ne pas hésiter à changer, commenter, proposer...) : \url{https://semestriel.framapad.org/p/7wXYIHZc88)} introduisant le truc et appelant à discuter, le film travailler en Micro-Osmose (qui est cool, interroge et fait rêver), et une demi-journée gratuite de salle de réunion (au pire on peut les convertir en client) avec possiblement une participation à la cocote avant...
Pousser que pour la Coroutine ? Pousser avec le Mutualab ou d’autres ? Email ou physique?

Dans une vision plus ambitieuse (et différente) nous dépassant (donc un peu hors sujet ici), un « terre de liens » (\url{https://fr.wikipedia.org/wiki/Terre\_de\_Liens)} du coworking serait imaginable ? (pertinent?) (un partenaire valorisant l’extra-financier pourrait aider?).

SS

Simon Sarazin Tue 24 Jan 2017

Il y a un petit groupe de travail qui se met en place avec des gens de Volume Ouvert pour imaginer une foncière, au vu des besoins des différents lieux.
Une fiche de suivi est visible là : http://wiki.lescommuns.org/wiki/Fonci%C3%A8re_d%C3%A9di%C3%A9e_%C3%A0_l%27achat_de_tiers_lieux
On va essayer de relier tout cela.

On peut aussi prévoir différents moyens d'avoir de l'argent par des extérieurs :
- Dons
- Prêts avec intérêt ou sans intérêt (Utilisé par ecoravie. Pour le garantir, on peut aussi passer par "Pret de chez moi" : https://www.pretdechezmoi.coop/ )
- Avance
- Parts dans le projet

Après, on peut avoir des contreparties en nature qui peuvent varier selon l'argent mis à dispo (réduction de loyer, etc...). Voir bénéficier de contrepartie si on est celui qui a trouvé dans son réseau un prêteur (pour décentraliser la recherche de mécènes). Le modèle d' ecoravie.org est super intéressant aussi. L'idée appliqué à la coco serait de dire "vous prenez une certaine somme par mois, mais vous avez genre 60 euros d'économie que vous pourrez retirer un jour, et qui sont placés (en compte courant d'associé)". Cela motive à passer en abonnement mensuel et assurer ainsi les traites chaque mois.